Musée

L’âge d’or de la peinture anglaise

Figurez-vous que je me suis trouvée bien bête car sur le chemin de l’exposition, j’ai réalisée que je ne connaissais que très peu voire pas du tout les peintres anglais. Il était donc tout à fait utile de me rendre à cette exposition qui a été incroyable : j’ai appris et me suis laissée portée par les oeuvres que j’ai vu. Un vrai régal pour les yeux !

Et voilà, deux noms sont déjà posés : Reynolds et Turner.

L’exposition se déroule dans l’ordre chronologique de cette époque et ainsi, nous ne sommes pas perdus dans les époques et les différents styles. On commence avec les portraits qui font fureur dans une société anglaise très codifiée et où l’aristocratie tient une place prépondérante (alors qu’en France elle perd clairement du terrain dans cette deuxième moitié du 18ème siècle). Dans cette galerie de portraits, Reynolds et Gainsborough sont mis l’un en face de l’autre. C’était amusant de découvrir les différences et points communs entre ces deux prodigieux peintres. J’ai en tout les cas pris beaucoup de plaisir à admirer leurs tableaux dont les traits sont colorés et laissent entrevoir une certaine modernité.

Je ne pourrais pas vous citer tous les noms des peintres dont j’ai vu les oeuvres mais je suis certaine de me souvenir encore longtemps de ces deux là qui ont ouvert le chemin vers une peinture vivante et plus réaliste de la vie anglaise.

Après les grands portraits, on découvre des portraits de famille. Les enfants étaient aussi des sujets de peinture et chaque peintre avait sa manière de rendre l’esprit espiègle et joyeux de ces adultes en devenir.

J’ai également appris l’existence d’un genre très anglais de tableau : les conversation pieces où chacun semble vaquer à ces occupations mais où la construction et les expressions sont des plus travaillées pour représenter la hiérarchie familiale. Petit exemple :

Les peintres anglais ne se sont bien heureusement pas arrêtés aux portraits et ont également porté leur art vers les animaux, les paysages, la nature en sommes. Cette fois les tableaux sont plus sombres mais n’en reste pas moins très vivants.

Les voyages en Indes inspire nombre d’entre eux également : on va toujours plus loin pour trouver toujours plus d’inspiration !

Sur la fin, je n’ai pas toujours pu lire les panneaux pourtant très intéressants et bien écrit car cette exposition a été plutôt bien accueillie. Les salles étant petites, il y a de nombreux visiteurs et la lecture n’est pas toujours aisée. Cependant, j’ai pu continuer mon admiration des tableaux et c’est le dernier qui m’a le plus secouée. Il s’agit d’une vision de l’éruption volcanique à Pompéii. C’est un tableau majestueux et grandiose aux couleurs profondes. Ma photo ne lui rendra peut-être pas honneur mais croyez-moi, c’est un vrai chef d’oeuvre !

Voilà mes loups, j’espère que cette visite numérique de l’exposition vous aura plus. N’hésitez pas à vous intéresser à la peinture anglaise qui ne manque pas de ressource ! Personnellement, j’irai même me renseigner un peu plus car cette exposition m’a ouvert les yeux sur des oeuvres qui m’ont beaucoup plues !

3 réflexions au sujet de “L’âge d’or de la peinture anglaise”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s