Chroniques, Littéraire

En attendant Bojangles

Après ma lecture du goût amer de l’abîme, j’avais envie de folie légère, de douceur et de tendresse sans drame. De part le résumé, je me suis dit qu’En attendant Bojangles serait parfait ! J’ai eu raison dans un sens car ce livre est excellent. Mais niveau légèreté, on repassera car mon petit coeur a été brisé par ce tout petit livre </3

Résumé :

Dans cette histoire on va suivre un jeune garçon et sa famille bien atypique. Ses parents sont foux amoureux l’un de l’autre. Sa mère a d’étranges lubies et son père travaille beaucoup afin de permettre à sa famille de vivre une vie à 100 à l’heure où l’on danse, on chante et où l’on vit sa vie à fond. Bienvenue dans un sacré bazar de gens heureux !

Mon avis :

Avant toute chose, je vous conseille (pour le bien être de votre coeur) de ne pas enchaîner ces deux romans : Le goût amer de l’abîme et En attendant Bojangles. Ces deux romans se complètent trop bien et il est difficile de se remettre de ces 2 lectures suivies qui se ressemblent et ébranlent toutes les deux le lecteur.

Ceci étant dit, voici mon avis !

Pour commencer, on entre dans cette famille au travers du regard d’un petit garçon. Il a cette naïveté enfantine qui m’a tout de suite séduite tant dans les mots que dans ses ressentis face à la complexité de ces parents. On suit tout de son point de vue et heureusement car certaines difficultés de la vie passent tout de même mieux à travers les yeux d’un enfant.

Contrairement au goût amer de l’abîme, la folie est extériorisée dans ce roman. Elle est loufoque, fantasque, colorée et presque inoffensive. Dans ce livre, on découvre les délires de la mère de l’extérieur et j’ai forcément fait des parallèles avec ma lecture précédente. Mais pour une fois, la mise en perspective de ces deux romans si proches et pourtant différents, n’a fait de tord ni à l’un ni à l’autre. J’ai aimé découvrir la différence entre les deux, voir et comparer la folie de l’intérieur puis de l’extérieur. « En attendant Bojangles » est un tout petit roman qui dit beaucoup de choses. On ressort de la lecture grandi, on repart avec quelque chose de précieux au fond du coeur. C’est un livre qui touche, d’une manière au d’une autre.

J’ai vraiment apprécié cette lecture, l’insouciance qui s’en dégage et le drame sous-jacent qui nous surprend, nous coupent le souffle.

Car si tout devrait être rose, la folie n’est pas sans danger et ce roman nous l’illustre parfaitement.

Ode à l’amour, la vie, l’insouciance et l’oubli de soit, ce roman ébranle et ne peut laisser personne indifférent.

Pour moi c’est un petit bijou à lire et relire, le tout avec la musique de Nina Simone en fond sonore.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s