Chroniques, Littéraire

Par le feu

Il m’en aura fallu du temps pour écrire cet article mais c’est enfin chose fait ! Ce livre m’a brisé le coeur, m’a répugné, m’a surprise et m’a fait monter les larmes aux yeux. C’est un très beau coup de coeur de ce début d’année, et il est temps de vous expliquer pourquoi 🙂

Résumé :

Moonbeam est une survivante. Elle a survécu aux flammes, au coups de feux. Elle est sortie de la secte, avec quelques autres. Maintenant il va falloir reconstruire sa vie, ou plutôt la construire, en dehors de ces murs. Mais pour cela il lui faudra parler, exorciser ce qu’elle a vécu pour aller de l’avant.

Mon avis :

Attention, âmes sensibles s’abstenir, ce roman retourne le coeur, on se demande même parfois jusqu’où l’homme peut aller. C’est un roman terrible, empreint d’un réalisme glaçant.

Mais je ne voulais pas commencer par là. Car ce que je voulais vous dire en premier c’est que « Par le feu », c’est un roman original, comme on en lit peu, voire jamais en YA. Je ne pense pas être une experte absolue du YA mais en toute honnêteté je n’avais encore jamais vu le sujet de la secte abordé dans ce genre de roman. Et c’est là la première originalité et différence de ce roman. On nous parle de l’embrigadement, de la secte et de sa réalité. Car s’il s’agit d’une fiction, je reste persuadée que l’auteur a fait de nombreuses recherches pour rendre ce récit si vivant, si réaliste.

Ca réaliste, il l’est ! Je me suis retrouvée en plein milieu du camp, près de Moonbeam à l’hôpital. Je me suis vraiment sentie investie tout au long de ma lecture. Comme si j’étais un personnage. J’étais là pour soutenir Moonbeam, j’avais envie de l’encourager, la tenir dans mes bras… J’ai vraiment ressentie un fort attachement à cette jeune fille qui n’avait finalement rien demandé.

Le rythme du roman est aussi bien maitrisé que le sujet. On y va doucement au début, l’inquiétude, la méfiance son palpables puis les choses s’accélèrent, les mots se bousculent. On alterne entre l’avant et l’après et les pages se tournent de plus en plus vite. J’ai terminé ce roman hors d’haleine, j’avais l’impression d’avoir couru un marathon. J’étais vidée, de toute énergie, de toute émotions. C’était comme si j’avais tout vécu avec elle. Et puis ce qui est fou c’est qu’après tout ça, Moonbeam va devoir vivre sa propre vie… Une fois de plus, Casterman Jeunesse propose un roman présentant une héroïne avec une force comme on en voit trop peu. Elle n’est pas badass, elle est juste forte, malgré tout ses doutes, tout ce qu’elle vit… Bref, on ressort de là tout chamboulé par ce qu’on a lu.

Car l’auteur ne nous épargne rien du tout et certaines scène sont dures à lire. Et puis l’ambiance générale est comme plombée par la chaleur. Le camp se trouve en plein désert et toute l’écriture, toutes les descriptions sont très parlantes. On ressent la chaleur, le soleil qui tape… Tout participe dans un ensemble très logique et cohérent.

En bref c’est une lecture qui coupe le souffle, qui propose un sujet trop peu abordé pour les ados et enfin c’est très bien écrit ! Un vrai coup de coeur que je vous recommande très très très vivement !!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s