Chroniques, Littéraire

Ce qu’ils n’ont pas pu nous prendre

Comment ? Enfin une chronique lecture ? C’est pas trop tôt ! Et oui je vous vois venir avec ce genre de réflexion, et vous avez raison 😛 Mais j’ai une liste de chroniques à écrire assez longue et j’essaye de les faire dans l’ordre pour mieux m’y retrouver, mais assez de blabla inutile, parlons mieux, parlons bouquins !

Résumé :

Lina est lituanienne et son père est professeur à l’université. Elle aurait eu une vie normale si elle n’avait pas vécu sous le communisme et la terreur de Staline. Son pays a été annexé par la Russie Communiste et la police du parti vient toquer à leur porte un soir. Son père n’est pas là mais elle se retrouve embarquée avec sa mère et son frère dans des wagons vers une destination inconnue…

Mon avis :

Je ne sais pas si le résumé que je vous ai fait est le meilleur, mais je peux vous assurer que ce roman est incroyable, il porte en lui une force et un espoir sans limite, comme on en voit trop rarement de nos jours.

 On connait souvent bien trop peu cet épisode historique : la déportation de milliers de personnes à travers la Sibérie pour protéger l’idéologie communiste. Même si ce ne sont pas les camps d’extermination qui attendent nos personnages, leur situation est absolument atroce. L’auteure ne nous épargne pas les morts violentes, la faim, le voyage dans des wagons à bestiaux avec à peine de quoi respirer et encore moins à manger. Ce roman sonne comme un véritable témoignage et on sent toutes les recherches qui ont été faites à ce propos. C’est vibrant d’une atroce vérité.

Mais au fond, au fond du coeur de Lina et de tous les autres, un espoir subsiste, incompréhensible… Alors que leur situation ne s’améliore pas et empire même jusqu’au bout, ils ne perdent pas l’espoir de retrouver leur vie, de ne pas mourir, perdus et oubliés dans les régions les plus froides et inhospitalières de la Russie. Ce roman est une leçon de vie, je serai bien incapable de vous dire ce que j’aurai été si j’avais vécu la même chose.

On ressort de cette lecture le coeur en miettes, au bord des lèvres. On veut se battre pour que plus jamais cela ne se produise. Car cela ne doit plus jamais se produire, cette horreur humaine… Lina est une héroïne avec une force intérieur inespérée, elle est lumineuse, même dans les pires moments et elle était une lueur d’espoir, avec ses dessins, et sa volonté de fer. Dessiner était son refuge et j’ai totalement accroché à cette partie de sa personnalité, aimant moi-même dessiner, peindre et représenter les choses que je vois.

Sans être un témoignage véridique, ce roman est une trace de ce qui s’est passé, une sorte de condensé de recherches. Un roman indispensable pour comprendre l’Histoire et pour ne surtout pas la répéter.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s