Chroniques, Littéraire

Les soeurs Carmine T.3 Dolorine à l’école

Dernier tome d’une saga maintenant chère à mon coeur, on découvre enfin plus en détails la petite Dolorine, confrontée à une intrigue qui la dépasse et dont elle est pourtant un personnage important. Laissez-vous emporter et torturer par les terrifiantes histoires des soeurs Carmine !


Les soeurs Carmine T.3 Dolorine à l’école écrit par Ariel Holzl et publié aux éditions Mnémos dans leur collection Naos


Résumé :


C’est décidé, la dernière des Carmine va devoir faire sa rentrée au pensionnat où ses soeurs ont elles-mêmes usé leurs culottes courtes. Si Dolorine n’est pas convaincue à première vue, Monsieur Nyx, lui, adore déjà le pensionnat. Et pourtant, il perd très vite de sa verve et ne parle plus vraiment à Dolorine qui s’en inquiète. Surtout qu’elle ne croise aucun fantôme ici ! Alors même que le taux de mortalité des élèves est plutôt élevé normalement. Vous avez dit étrange ? Vous n’êtes pas au bout de vos peines !

Mon avis :

Nouveau et dernier coup de coeur pour cette saga !

Si Merryvère était la plus intègre des trois soeurs et celle qui me ressemble le plus, Tristabelle la plus originale, pernicieuse, orgueilleuse, calculatrice et acerbe, Dolorine est sans doute la plus naïve et bizarre des trois.

Finalement, chaque tome était empreint du caractère de la soeur qu’il présentait. Ce dernier est donc à l’image de la plus jeune : tiré par les cheveux, naïf et bien étrange. J’ai trouvé que tout convergeait vers ces sentiments. A commencer par l’écriture qui reprend bien des aspects de la psychologie de l’enfant dérangée qu’est Dolorine. Car même à Grisaille, avoir des fantômes pour amis, ce n’est pas ce qu’il y a de plus normal ! Ses réflexions sur la vie, sur les évènements qui se produisent sont toujours à côté de la plaque, et c’est un délice de la lire ! Alors non, elle n’est pas aussi pleine de venin que Tristabelle. Mais ce qui nous fait rire chez elle, c’est l’innocence de l’enfant qui est absolument en décalage avec tout ce qui se passe à Grisaille ou au pensionnat. On rit de ce qu’elle ne voit pas et décrypte de travers. Mais tout en intelligence, si Ariel Holzl nous fait rire, il nous amène également à être attendri par cette petite Carmine qui a encore beaucoup à apprendre du monde dans lequel elle évolue.

Bien sûr, on recroise ses soeurs car l’intrigue ne s’arrête pas aux barrières du pensionnat. Tristabelle est toujours plus ambitieuse alors que Merry a finalement trouvé « une bonne situation ». L’intrigue qui est mise en place dans ce troisième tome surpasse (et de loin !) toutes les autres. Dolorine est embarquée dans une histoire qui la dépasse de très loin et dépasse également ses soeurs. C’est grandiose et grotesque à la fois (avec une pointe de glauqe comme toujours). Suivre Dolorine dans cette aventure incongrue a été pour moi un vrai plaisir et je ne peux que vous recommander la lecture de ce dernier tome ! Et puis les créatures que l’on découvre dans ce tome ? Du génie, encore une fois !

Alors oui, Tristabelle m’a un peu manquée (elle marque les esprit, que voulez-vous), mais ce tome reste un vrai coup de coeur car la petite Dolorine n’a absolument pas déçu mes attentes. Elle est vraie, bizarre et atypique, une vraie Carmine !

A LIRE ABSOLUMENT !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s