Chroniques, Littéraire

Lebenstunnel T.1 Allégeance

Dernière lecture pour le PLIB 2018, voici mon avis sur Lebenstunnel, ce ne sera pas un concurrent aux autres romans puisque je ressors de ma lecture plutôt déçue il faut bien le dire…

Résumé :

Krista vit à Germania, dans une société nazie puisque la 2nde guerre mondiale a vu la victoire d’Adolf Hitler. Nous voici donc dans une uchronie, sous le nazisme. Un jour, la jeune aryenne va voir une jeune femme tenter de descendre dans les égouts. En l’aidant elle va devoir la suivre et découvrir un monde de non-aryens qui se cachent de son propre peuple. Parmi eux, Élias, qui la hait dès le premier regard pour tout ce qu’elle représente : le totalitarisme, la destruction et une idéologie exécrable.

Mon avis :

Je ne sais pas si vous le ressentez de la même manière que moi, mais autant la première partie du résumé est originale et intrigante, autant la deuxième l’est beaucoup moins et on sait d’ors et déjà qu’une romance va naitre entre ces deux héros que, pourtant, tout oppose.

Et bien mon avis sur ce roman se découpe exactement de la même manière ou à peu près !

Commençons par l’univers :

Pour commencer, j’étais très intriguée par tout l’univers créé par l’auteure. J’étais curieuse de voir ce que la réussite du nazisme pouvait rendre. Et j’avoue que c’était conforme à mes attentes : un état totalitaire où la population, sans être brimée, elle loin d’être libre, des manipulations diverses, des meurtres commis « pour perpétuer la race aryenne ». L’auteure est sans nulle doute proche de ce qu’aurait pu devenir le monde et la ville de Germania si les choses avaient été différentes. Heureusement, nous n’en sommes jamais arrivés là !

Par contre, mon intérêt pour ce roman s’arrête là. Si l’univers peut sembler original, très vite, j’ai vu des éléments que j’avais déjà pu lire ailleurs, se mettre en place dans ce roman.

Le totalitarisme ressemble à de nombreux romans d’anticipation. Ayant lu 1984 il y a peu, j’ai vu des ressemblances, sans pour autant que ce roman atteigne le niveau de perfection de G. Orwell dans son univers.

De plus, la ville de Germania est abritée derrière un dôme. Je suis sûre que vous en avez croisé plus d’un au grès de vos lectures ! C’était mon cas et rien ne m’a surpris à son propos.

Ensuite, ce peuple caché dans les souterrains m’a rappelé Hunger Games et ce 13ème district censé être détruit depuis bien longtemps…  Alors que je m’attendais à un univers différent, j’ai surtout retrouvé une sorte de patchwork de tout ce que j’ai pu lire avant. Par conséquent, j’ai manqué de surprises dans ma lecture.

Maintenant, autre gros morceau que j’ai eu du mal à avaler : les personnages !

Krista est une aryenne, imbibée par la doctrine du parti qui la dirige, c’est normal. Par contre, dans un univers où l’égalité semble être plus ou moins respectée entre hommes et femmes, notre héroïne est une sorte de chamallow qui n’a aucune force. Elle ne se reprend jamais, semble n’avoir aucune capacité de concentration face à ce nouveau peuple qu’elle découvre, elle est infoutue de se défendre alors qu’elle est censée avoir suivi un entrainement… Qu’elle se fasse toujours sauver par un homme lors d’une baston m’a très vite tapé sur les nerfs. J’ai trouvé qu’elle était finalement le cliché typique d’une héroïne qui ne peut se sauver elle-même et compte toujours sur les hommes pour la sauver. À l’heure où le féminisme est de plus en plus revendiqué, je trouve ça dommage.

Élias quant a lieu est fort, bon, droit. Il a toute les qualités et tente de sauver son peuple, malgré son amour grandissant pour l’ennemie… Vous voyez venir le truc ? Oui, c’était gros comme une maison, un peu trop à mon goût. Je n’avais rien contre lui, mais des personnages comme lui, j’en avais vu beaucoup trop.

Finalement, la romance qui s’installe est attendue, sans surprise et moi, je n’ai pas réussi à y croire ou même à m’y intéresser et ce, pendant tout le roman…

Un bon point, pour la route ?

Par contre, il faut l’avouer, on ne s’ennuie pas d’un point de vue de l’action : c’est bien rythmé, tout s’accélère et la fin est riche en révélations. Pour ma part, je n’ai pas été plus surprise que cela, mais vous pourrez l’être peut-être. Si je devais accorder un bon point à ce livre, c’est sans doute ce rythme qui fait que les pages se tournent facilement… et heureusement !

Bref, une déception, ce roman va tout en bas de mon palmarès du prix. Mais si vous cherchez quelque chose qui ne prend pas la tête et qui se lit vite, ce roman peut vous convenir 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s