Chroniques, Littéraire

Les délices de Tokyo

Vous voulez de l’évasion, de la douceur et de l’émotion ? Alors rendez-vous à Tokyo avec Tokue et Sentaro 😉

 Résumé : 

Sentaro travaille dans une échoppe qui vend des dorayaki, de petits pancakes japonais fourrés à la pâte de haricots rouges (la douceur utlime, j’ADORE la pâte de haricot rouge, aussi appelée an). Un jour, une vieille dame veut répondre à son offre et travailler avec lui. Elle s’appelle Tokue et on peut dire qu’elle est aussi douée que têtue 😉

Mon avis :

Ce roman est une douceur, un bonbon et un vrai remède aux journées grises et tristes.

Vous le comprenez aisément, ce petit livre d’un peu plus de 200 pages a été un coup de coeur pour moi. Et ce qui m’a tout d’abord marquée, c’est l’ambiance qui s’en dégage. J’ai été littéralement transportée à Tokyo, dans un petit quartier peu connu de la capital. L’écriture de l’auteur est aussi visuelle qu’immersive. On ne voit pas uniquement ce qui se passe autour de cette échoppe mais on sent également l’odeur des haricots qui cuisent, le cerisier en face qui fleuri. Pour moi, l’auteur a le talent de transporter son lecteur dans un environnement que j’adore : le Japon, entre culture et innovation, tradition et modernisme.

Mais si le paysage est bien construit, il n’en est rien auprès des personnages et de leur complexité. Nous sommes mis face à deux personnes qui ont tout pour être vraies : des caractères propres, une histoire avec des hauts et des bas. Si j’avais l’impression d’être transportée au Japon, j’avais aussi et surtout l’impression d’évoluer auprès de Sentaro et Tokue. J’avais l’impression de vivre auprès d’eux et de ressentir leurs peines comme leurs joies. C’est un sentiment tellement fort lorsque l’on voit des personnages de romans comme des amis, des individus dont on a envie de se rapprocher pour mieux les comprendre et les consoler !

C’est Tokue qui remporte pour moi la palme de meilleur personnage. Elle a des mains déformées et on ne comprendra que plus tard dans le récit ce qui lui est arrivé. Et ce point est très intéressant (promis, pas de spoil) car l’auteur va alors nouer autour de nos personnages un pans de l’Histoire japonaise qui peut être minuscule pour certains mais un véritable bouleversement pour d’autres. Je ne vous en dirai pas plus car il faut pouvoir garder la surprise. Mais l’histoire de Tokue m’a profondément émue.

Pour terminer, je tiens à dire que c’est un roman qui nous donne ou redonne goût à la vie, par sa simplicité mais aussi les sentiments qu’il véhicule. C’est beau, touchant et terriblement réaliste et que vous aimiez ou non le Japon, les sucreries, la cuisine ou que sais-je encore : ce livre doit être lu par tous ! Il est court, l’écriture est simple et poétique, c’est un roman qu’il ne faut surtout pas laisser passer 😉

Mais attention, il donne sacrément faim 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s