Chroniques, Littéraire

Inséparables

Si vous êtes à la recherche d’un livre poétique, beau et original, arrêtez tout : il s’agit d’Inséparables de Sarah Crossan. Un superbe coup de coeur aussi sincère qu’inattendu !

Inséparables de Sarah Crossan, traduit par Clémentine Beauvais aux éditions Rageot

Résumé :

Tippi et Grace sont des soeurs siamoises. Elles partagent tout, depuis le bassin jusqu’aux jambes. Alors bien sûr, leur quotidien n’est pas ordinaire. Surtout qu’elles vont devoir changer leur vie pourtant bien rythmée puisqu’elles vont devoir aller à l’école, comme tout le monde. Et ça, pas sûr qu’elles y soient prêtes : le regard des autres, les jugements, tout est plus dur lorsque l’on sort de chez soi, de son cercle de proches. Et ce, d’autant plus que l’on est différent.

Mon avis :

C’est une histoire particulière que j’ai lu ici, mais pour autant, j’ai très rapidement accroché. Alors oui, il faut s’habituer à ces deux soeurs attachantes mais atypiques, aux vers libres que l’on retrouve si peu dans la littérature jeunesse. Mais une fois que l’on est passé au dessus de cela, que l’on commence à comprendre le lien qui uni ces deux soeurs ou que l’on voit transparaitre de manière évidente la poésie des vers. Alors, là, à ce moment précis, on rentre dans une histoire qui a la beauté simple de l’amour.

Avant tout, il s’agit d’une histoire de vie. Et même s’il s’agit d’une fiction, j’ai trouvé que l’auteure avait su choisir les mots, les situations pour parler à notre réalité. Ce que vivent ces deux jeunes filles nous paraît plus que possible : cela nous paraît réel. On ressent avec elles ces regards de travers, ces messes basses. J’avais peur de ne pas réussir à m’immerger facilement dans cette histoire si particulière, mais finalement j’ai été prise très rapidement et j’avais ce sentiment absolument dingue d’évoluer avec les personnages, au coeur de leur quotidien. Vraiment, pour ces accents de réalisme, je ne peux que m’incliner, c’est du talent, tout simplement !

Un autre point très important, que j’avais déjà éprouvé avec « Songe à la douceur », c’est que l’on a ici un concentré de poésie issu du quotidien. L’auteure arrive à faire des vers contenants le mots « ordinateur » et on trouve ça beau, harmonieux ! Finalement, j’en viens à me demander si je ne devrais pas lire plus de poésie, rien que pour retrouver un peu de cette beauté des phrases, de cette beauté des mots que l’on perd parfois (mais au profit de l’histoire) dans la littérature jeunesse et notamment Young Adult.

Autre point que j’aimerai soulever dans cette chronique, c’est le message apporté par l’auteure. Ici, pas de moral, juste un message, simple et beau d’amour. En tant que lecteur, on en vient presque à jalouser ces deux soeurs malgré leur handicap. Leur situation nous paraît intenable, impossible. Mais au delà de ça, elles ont créé un lien que nous ne pourrons jamais égaler, un lien d’amour d’une puissance incroyable. Et ce message, qui pourrait paraitre bien bête, transcende ce roman complètement et nous ramène à l’essentiel.

Finalement, je suis ressortie de cette lecture le coeur gros, la tête plein de questions, de mots d’amour pour mes proches. Ce roman a finalement ensoleillé un peu plus ma vie et je ne peux que vous en recommander la lecture que je trouve parfaite pour l’été ! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s