Chroniques, Littéraire

Cinq centièmes de seconde

Rien à voir avec de la fantasy cette fois-ci, c’est un contemporain doux et acidulé, emprunt de la nostalgie de l’adolescence et de la dureté de la vie. Un petit  bijou à découvrir ❤

 Cinq centièmes de seconde de Lois Lowry publié chez Casterman jeunesse

Résumé :

Molly et Meg sont deux soeurs, aussi différentes que possible. L’une est solaire, populaire, l’autre est artiste et renfermée. Alors qu’elles déménagent pour un an au calme de la campagne, leurs vies vont petit à petit s’inverser. Molly va tomber malade, et Meg va se révéler une photographe de talent et s’ouvrir aux autres…

Mon avis :

Encore une fois, il s’agit d’un coup de coeur. Mais un coup de coeur tout en douceur, au goût doux-amer. Un bonbon un peu acidulé pour rappeler aux gourmands que la vie n’est pas simplement douce. Mais trêve de métaphores étranges, je vous explique pourquoi ce petit roman a été un coup de coeur.

Pour commencer, parlons un peu de la taille de ce roman, car je trouve qu’elle a ici bien de l’importance. C’est un roman de 200 pages qui se lit très vite, et je pense que c’est voulu. Cette année où tout change pour les deux soeurs, on la vit très vite, comme les années qui passent trop vite pour nos propres vies. On voit à quel point la vie est éphémère avec cette lecture qui est terminée si vite.

Je ne me suis pas attachée tout de suite aux deux soeurs. Ayant une relation très fusionnelle avec ma petite soeur, je ne comprenais pas comment elles pouvaient autant se détester. Puis au fur-et-à-mesure, j’ai compris, j’ai vu les relations complexes qui les lient, comme des fils si fins qu’ils peuvent casser à tout moment. Au final, c’est une sorte d’amour-haine, amour-jalousie qui rapprochent et séparent ces deux jeunes filles.

Mais on ne suit pas uniquement les deux jeunes filles : leurs parents, leurs voisins, c’est un petit cercle très resserré qui gravite autour des deux jeunes filles. Des personnages qui ont chacun leur pierre à apporter à l’édifice, à cette belle histoire.

La photo est une part importante de la vie de Meg et j’ai trouvé que l’auteure expliquait à merveille l’importance de se poser, de choisir le bon moment, de trouver la bonne composition de l’image. C’est un hommage à l’art de la photographie qui est rendu à travers cet ouvrage et j’ai trouvé ça très beau. Car la photo, c’est ce qui nous permet de capter l’éphémère, de le fixer d’une certaine manière.

 Lois Lowry sait manier les sentiments, les faire naître comme il faut auprès de ses lecteurs. C’était un vrai bouillon d’émotions et de ressentis, l’auteure a su trouver les mots pour m’emporter jusqu’aux larmes. C’était une lecture courte et magnifique qui m’a rappelé un peu de mon adolescence. Un livre qui peut rendre nostalgique, mais juste ce qu’il faut ❤

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s