Chroniques, Littéraire

Caraval

Salut les loups ! J’espère que vous allez bien et que vos vacances se passent bien. Je reviens aujourd’hui pour vous parler de ma lecture de l’incroyable Caraval de Stéphanie Garber.

Résumé :

Scarlet a toujours voulu voir le célèbre et merveilleux spectacle de Légende : Caraval. Mais malgré ses nombreuses lettres, le maître de cette sorte de cirque particulier ne lui répond pas. Jusqu’à la veille de son mariage arrangé par son tyran de père. Scarlet va pouvoir découvrir Caraval avec sa sœur Donatella et son futur mari. Cependant, arrivée sur l’île, Scarlet a perdu sa soeur. Elle a 5 nuits pour la retrouver dans ce monde où l’illusion se mêle sournoisement à la réalité.

Ce que j’en ai pensé :

Ce livre est un véritable coup de cœur pour son univers. Caraval dégage une ambiance qui lui est propre. Une ambiance particulière qui oscille entre merveilleux et terrifiant. Les secrets sont si bien cachés derrière cette débauche de couleurs, de bruits et d’évènements ! C’est une sorte de cirque, de fête foraine mystérieuse dans lequel les visiteurs se laissent emporter avec bonheur… mais pas que. La peur, le malsain n’est jamais très loin de toute cette beauté et luxuriance du lieu.

Mais l’ambiance ne fait pas tout ! Scarlet est le genre d’héroïne qui m’a franchement énervée dans les premières pages. Elle pense que son mariage la sauvera, que seul se dernier importante. Elle ne vit que pour protéger sa jeune sœur. Et c’est seulement dans le jeu de Caraval qu’elle va apprendre à faire ses propres expériences, à vivre pleinement même si la disparition de sa sœur n’est jamais très loin dans son esprit. Mais Scarlet n’est pas seule, le mystérieux Julian est là pour l’épauler, et malgré les quelques choses qu’il lui révèle, on le sent cachottier, sombre. Un personnage un peu cliché mais qui ne manque pas d’humour et de répartie. Il pimente le tout et surtout le caractère de notre sainte nitouche de Scarlet. Je ne la critique pas, car son évolution est indispensable au récit, mais il y a de quoi lever les yeux au ciel par moments avec ses réactions ! Un autre mystère : Légende. Qui est-il ? L’a-t-on croisé dans les pages sans nous en rendre compte ? Mille questions restent en suspens à la fin de ce tome.

Mais malgré tout, l’histoire de ce jeu de Caraval se termine sur des révélations qui rassasieront les lecteurs. Donc pas d’attente terrible du tome 2 mais une curiosité bien attisée par les derniers mots que l’on lit. Pour en finir avec les personnages, on nous sert toute une galerie intéressante autour de Scarlet et Julian : le père est infâme mais torturé profondément par la fuite de sa femme, Dante est mystérieux mais différent de Julian, Donatella est impulsive…. On a de quoi se mettre sous la dent.

Un autre point que j’ai beaucoup apprécié : l’utilisation à profusion des sens du lecteur. Les sentiments décrits par Scarlet sont colorés, parfumés, le bruit, les étoffes. Le vocabulaire utilisé nous plonge dans un monde réaliste que l’on peut sentir, toucher, voir avec tout nos sens. C’est un procédé d’écriture que j’ai particulièrement apprécié. Cependant, mon seul bémol demeure dans le style global de l’auteure : il est simple, plat et hormis ses détails sur les sens, beaucoup trop basiques. L’univers était assez approfondi pour que je me détache de ces soucis d’écriture mais il es vrai que le style est plutôt mauvais. Alors attention à tous les amateurs de style, de littérature, ce roman tire sa force de son histoire et de la construction de son ambiance, pas de l’écriture. A lire pour s’évader.

Sur le site de l’éditeur

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s